Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 07:10

  

nesbo-chasseur.jpgnotwist 

 

Note de concordance : 7/10

 

Lorsqu'on ouvre le CD de The Notwist "The devil, you + me", on découvre une figure géométrique (bien fait pour toi, Pirate des Torrents, tu ne seras pas en mesure de vérifier !). Une illusion d'optique. Vos yeux sont certains de voir des lignes partant dans tous les sens. Pourtant elles sont parallèles, mais de multiples petites barres parasitent la perception. Ce schéma délivre une belle allégorie du livre "Chasseurs de têtes".

 

"Remember the good lies win", avisent The Notwist d'entrée. Jo Nesbø applique ce précepte et se délecte des faux-semblants avec lesquels il va s'amuser. Ce roman est pour lui une récréation, hors du contexte de la saga "Harry Hole". Une parenthèse dans laquelle il explore son art du rebondissement et du trompe-l'oeil.

Ainsi, Roger Brown, chasseur de têtes pro jusqu'au bout de la manucure, héros des DRH, fouineur de CV, pote d'UV des PDG, n'est pas tout à fait celui qu'on croit. Chacun des premiers chapitres va s'évertuer à dévoiler une nouvelle facette de cet homme froid et vaguement complexé par sa plantureuse épouse : hautain, manipulateur, amateur d'art, un rapport à l'honnêteté bien + lointain que les Pirates précités. Une saleté en somme. Juste de quoi le rendre attachant, d'autant que l'engrenage dans lequel il fourre son petit mètre soixante-huit va huiler la sympathie que l'on a pour lui. Comment ne pas être conquis par un type qui se met, on ne peut + littéralement, dans la merde ? 

 

Il y a indéniablement une dimension organique dans la musique du groupe bavarois, mais ô grand dieu, rien de merdique. C'est davantage la tension sous-jacente de leurs compositions qui fera de "The devil, you + me" un beau décor sonore à cette histoire nerveuse et rythmée. Certaines boucles de guitares inquiétantes ("On planet off"), ou mieux encore l'intro orchestrale herrmannienne de "Where in this world", entretiennent un suspense à faire grincer les dents de notre héros sur le parquet. La luxuriance de cet orchestre sera finement parsemée le long de cet album à l'antithèse du pompeux. Et évoquera le faste que vise Roger Brown.

Le copinage électro-acoustique des Notwist, les cordes sans strass, les strates d'accords, tout est affaire d'harmonie. Cet album est une forêt sonore de superpositions mélodiques, les synthés y croassent, les beats y coassent, les guitares y bourdonnent. Un terreau expérimental pour des plants pop... Le fourmillement de sons et d'idées a la même épaisseur que l'obscure personnalité du héros malmené. Electro cuts contre coupe de cerveau. Epluchures éployées.

 

 

Ce que Jo Nesbø montre avec + de mesure que les pensées de Brown, le gentleman-hunter-cambrioleur, ce sont les séquences-clefs de son récit. Voilà un auteur qui serait capable de nous décrire une chambre d'enfant en nous la faisant passer pour une cage d'ascenseur dix pages + tôt, sans se démentir (Good lies !). Eclairagiste, sa plume est un spot qu'il dirige sur des détails précis, nous faisant prendre ses lanternes pour un messie. Il pousse le procédé à son paroxysme, multipliant les coups de projecteurs trompeurs, les faisceaux infléchis, les images réfléchies. Nous voilà empêtrés dans un jeu de marionnettes dont les personnages sont les spectateurs, et le lecteur la victime désarticulée.

 

Le fil de cette BOL pourrait rompre sur une arête affilée : l'humour et la cadence de "Chasseurs de têtes" tranchent avec le chant détaché et mélancolique de Markus Acher. L'effervescence musicale, la programmation grésillante de Martin Gretschmann, les gzzzzz, les krrrrll et les blipp  qui krrépitent  et qui strrrructurent le disque compensent aisément cet inconvénient. L'orage qui menace derrière chaque chanson, + encore.

 

Jo Nesbo est en train de devenir une star du thriller, un Stieg Larsson en + vivant, et l'industrie cinématographique le caresse dans le sens de la brosse. Outre les aventures de Harry Hole, "Chasseurs de têtes" est en cours d'adaptation filmique. Toute première photo :

 

Headhunters 

 

Une image très fidèle d'une scène du roman. Si seulement la musique du film pouvait aussi être fidèle à celle qui me trottait dans la tête, et être + originale qu'un simple score planplan plan par plan. S'inspirer de l'humus musical des allemands...

  

On peut commencer à rêver en regardant ce très beau clip : 

http://www.youtube.com/watch?v=ksMkENKMlyk&playnext=1&list=PLD61A5806B0DE5C38

 

Puis perdez-vous dans le labyrinthique et fascinant site officiel de The Notwist !

http://www.notwist.com

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Felix Leiter - dans musique et polar
commenter cet article

commentaires

Un Livre Et Sa Musique

  • : B.O.L.
  • B.O.L.
  • : Trouver le disque idéal pour accompagner une lecture, choisir la musique qui nous rappellera toujours un livre, c'est tout l'enjeu - non, tout le jeu ! - de ce blog...
  • Contact

Playlist

Rechercher

Texte Libre

html

Autres liens

Un bon lien + professionnel, sur la recherche d'emploi. Par les temps qui courent... :

http://jooble-fr.com/

 

Visuels du blog :

Headphones de Brüno

Remington de Loustal