Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 15:28

beigbederla superbe

 

 

Note de concordance : 6/10

 

Pour être franc, j'ai tellement écouté "La Superbe" que cet album est devenu, de façon lointaine, la bande originale d'un bon paquet de mes lectures. Et un peu même la bande originale de mon année 2009. Et 2010.

Mais est-ce cette connexion des longs cheveux à tendance grasse, ou celle des artistes tabloïdés à tendance scandaleuse ? Toujours est-il que c'est le dernier bijou de Benjamin Biolay que j'ai le + écouté en lisant "Un roman français".

 

Certains n'arrivent pas à lire sans silence. Moi c'est le contraire ; mais j'avoue que la langue française est davantage perturbante. Et quand en + il faut laisser en arrière plan les paroles vives et les associations de mots percutantes de Biolay, c'est comme refuser de bouger alors qu'on va se prendre une gauche !

 

"La Superbe" est proche d'un concept album, dont la rupture douloureuse est le sujet central. On semble reconnaître un personnage récurrent qui hante la plupart des 23 chansons, qui s'abandonne après l'avoir été. Cet homme est au fond du trou.

Beigbeder est au trou. Il s'est fait prendre comme un gamin la poudre au nez, le nez sur le capot. Garde à vue. Malin comme un songe, il s'évade dans ses souvenirs enfouis sous une chape de plomb, et puise rien de moins qu'un livre. Peu importe le sujet, pourvu qu'on ait la classe.

Quelques plongées seventies de "La Superbe" (le son de synthé de 15 août, quelques solos de cuivres, ...) correspondent bien aux longues et touchantes énumérations de Beigbeder qui déroule par à-coups ses souvenirs spasmodiques de jeune bourgeois trop protégé. Le retour aux sources, les images du passé, c'est par ailleurs un des points d'orgue du disque de l'année 2009, avec "Lyon presqu'île".

Les humeurs de l'écrivain jet setter l'amènent d'une époque à l'autre, du présent interminable aux images du frère trop parfait, de l'enfance réinventée aux considérations sur l'état des geôles françaises, etc. Cela colle bien au patchwork stylistique du dernier Biolay (on a presque le rythme d'une chanson par chapitre !) qui investit et repeint à ses couleurs tous les genres : pop, chanson, hip-hop, jazz, electro, rock alternatif.

 

Les dernières pages, magnifiques, doivent obligatoirement ricocher sur le chef d'oeuvre "Ton héritage". Car le thème le + élémentaire d'"Un roman français" est la transmission. Et quelle + belle chanson que cette ballade au piano où Benjamin Biolay raconte à sa petite fille qu'il lui lègue par ADN un fardeau de complexes, de défauts, d'obsessions, d'angoisses, mais aussi humblement, discrètement, du caractère et de l'humanité ?

  

 

http://www.youtube.com/watch?v=m-bLZrJJ8zM

 

 

J'ai réalisé tardivement qu'un autre disque pouvait fort bien faire l'affaire pour incarner la Bande Originale d'"Un roman français" : Arnaud Fleurent-Didier "La Reproduction". Ce petit chanteur original et prometteur avait peut-être le cheveu trop court à l’époque.

 

 

arnaud fleurent-didier 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Felix Leiter - dans musique et littérature
commenter cet article

commentaires

Loser 03/12/2010 13:44


Très belle idée... Musique et littérature unies dans une nuit pleine de noces à fièvre dense...
L'entremetteur déborde de talent... Brillant !


Un Livre Et Sa Musique

  • : B.O.L.
  • B.O.L.
  • : Trouver le disque idéal pour accompagner une lecture, choisir la musique qui nous rappellera toujours un livre, c'est tout l'enjeu - non, tout le jeu ! - de ce blog...
  • Contact

Playlist

Rechercher

Texte Libre

html

Autres liens

Un bon lien + professionnel, sur la recherche d'emploi. Par les temps qui courent... :

http://jooble-fr.com/

 

Visuels du blog :

Headphones de Brüno

Remington de Loustal