Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 10:39

mille-petites-falaises.jpgdeus-following-sea.jpg 

 

 

Note de concordance : 8/10

 

 

JH, orig. Canada, nom trop long pour rentrer dans cette petite annonce, écriture déjantée, cherche BOL pour accompagner son 1er roman. Thèmes dépendance(s), écriture(s) exutoire(s), culpabilité(s), suicide(s), abandon(s), ligne(s) de fuite(s), héroïne(s), alcool(s), glas(s),...

Besoin d'une musique en roue libre comme le personnage de "M P F", Mason, écrivain noyé dans la blanche (page ou poudre au choix) qui vend des hot-dogs dans une camionnette en forme de chapeau, le Dogfather. Il avance à la coke brise-glace d'un bateau ivre. Entouré de bras cassés, d'âmes cassées, de vrais cas soc', notre toxico cultive la loose de Hank Moody et l'adresse de Jerry Lewis.

A la rencontre d'un employé de bureau mal dans sa peau et phobique de la couleur orange, Mason devient scribe pour les suicidaires, pour ceux qui ne trouvent plus les mots d'adieu. Le chantre des pendus. Le nègre du désespoir. Faut bien payer son pote Chaz qui le fournit en doses et le ruine au poker (Mason est le bouffon du bluff), et il accepte cet épi-taf.

 

S'en suivent des rencontres de + en + tordues dont une petite grosse écorchée qui veut rendre l'âme à tiers, une docteure qui croit à l'écrit-cure de désintox, une paraplégique dont la partie mobile n'a plus de sensations, un dangereux psychopathe sadique. Et quelques shoots d'amours cabossées.

 

Le but est d'animer musicalement un récit déjà très riche qui part dans tous les non-sens, qui s'engouffre dans un livre dans le livre, dans les notes méta-couches malpropres du héros en perdition, dans les conversations surréalistes qui s'entre-mailent, dans les méandres d'un écrivain caméléon camé les nuits. Inutile de préciser à quoi renvoient la forme speed du roman, les chapitres déstructurés et les épisodes épileptiques qui désorientent "M P F".

 

Le rythme doit rester soutenu, tendu : malgré la drôlerie du roman, son humour noir café, l'intrigue se serre. Les traumatismes enfantins idiots de Mason submergent sa pensée, la déchéance succède à la déchéance, après la chute l'effondrement, et le danger gravit les falaises dans l'autre sens...

Titre original : "Ghosted". Un ghost-writer hanté, accro à l'écrit. Voilà pour l'ambiance.

 

Si votre musique suit les courbes hachées d'une plume rudoyée par Chuck Palahniuk, coudoyée par Donald Westlake, soudoyée par Dan Fante, si elle s'inscrit dans l'originalité d'une histoire sans cesse détournée par les addictions, si elle épaissit le double suspense de la rédemption et de la mort qui rôde, merci d'envoyer mail et échantillons à :

 

Ghostmason@hotmail.com

 

  shaugnessy.png

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

 

 

De : Felix-leiter@live.fr

à : Ghostmason@hotmail.com

cc : Tom.Barman@deus.be

 

Objet : BOL de Mille petites falaises

 

 

Cher Monsieur dont le nom est trop long pour rentrer dans ce mail,

 

Il est sans doute bien des albums barrés, des objets soniques mal identifiés, qui triperaient sur les mêmes fulgurances littéraires. Mais les chemins de poudre d'escampette de Mason sont durs à suivre, et peut-être est-il utile de cadrer un minimum cette aventure.

 

"Following sea" est le septième album de dEUS, et il apporte à la fois rigueur rock et psychédélisme contenu à "Mille petites falaises". Dès le titre d'ouverture "Quatre mains" on en a la démonstration, une tension urbaine saisit les trips comme la traversée d'un quartier mal famé. Une filiation gainsbourienne inédite chez les belges (s'exprimant pour la première fois en français) dont le texte complexe et imagé s'inscrit tout à fait dans le style littéraire de Mason.

 

Si des titres pop comme "Sirens" ou "Crazy about you" sont un peu légers - certains bien + sévères que moi diront insignifiants - ils posent une ambiance assez neutre et décontractée sur les scènes amusantes du livre, quand Mason est à côté de la plaque d'une façon ou d'une autre.

 

En revanche les nécroses jazz-rock qui viennent creuser des morceaux indés comme le vénéneux "Girls keep drinking" ou "The give-up gene" se paient les mêmes tripes que le héros. Entre rêves et cauchemars, montées vertigineuses et mille petites descentes.

Même les paroles de Tom Barman semblent écrites pour ce roman. Restons sur "The give-up gene". Dans cette chanson on peut entendre ceci : "I'll be the perfect companion / To translate your despair". N'est-ce pas précisément le nouveau métier de notre écrivain en panne ? Quant à la magnifique "Hidden wounds", sans doute la chanson la + époustouflante de l'album, elle expose les traumatismes d'un homme, comme une carcasse de porc sur un étal, sans artifice. Un homme blessé au niveau de l'envie.

 

L'abandon dans l'addiction trouvera comme sphère commune les rêveries planantes de "Nothings", aux vapeurs floydiennes...

 

Pour ce qui est de monter le rythme, dEUS sait faire aussi. Le suspense et les embrouilles seront soutenus par les guitares délicieusement électrisées de "One thing about waves", et surtout grinçantes dans "Fire up the Google beast algorithm", derrière les grilles d'un talk-over carrément menaçant.

 

deus.jpg

 

Non seulement la musique de ce groupe génial retrouve un panache, une inventivité, une liberté qu'il n'avait pas atteinte depuis le chef d'oeuvre "The ideal crash" et dont les innombrables entrelacs raffinés habitent à merveille "Mille petites falaises", mais un autre paramètre est à ajouter : la même philosophie vous anime, vous Mr Shaughnessy Bishop-Stall et dEUS. Etre en roue libre. Partir à l'aventure, tenter, rompre les habitudes, casser les codes. Le groupe avait sorti son album précédent "Keep you close" il y a quelques mois seulement. A l'heure d'internet, dEUS a décidé de dévier la routine, de chevaucher le rythme, de livrer son nouvel album tout de suite, comme on tweete.

Un peu comme les chapitres hallucinés de Mason viennent perturber le fil de l'histoire... (parfois trop, mais le thème de l'excès justifie ce défaut).

 

On se moque que le disque de dEUS semble évoquer l'eau. On parle bien de jungle urbaine, pourquoi pas une mer urbaine ? C'est dans les eaux sales de l'addiction que plonge Mason, mille fois. Toute la question est de savoir s'il ressortira la tête de l'eau une mille-et-unième fois. 

 

Alors oui, les chansons de "Following sea", dont les nirvanas mélodiques se découvrent comme des poupées russes,  s'emboîteront à l'histoire de Mason, à ses fuites, ses échappées, les fausses pistes, les trompe-l'oeil d'une écriture labyrinthique qui fourre l'intrigue sous des cascades de récits gigognes.

 

En espérant vous avoir incité à abuser de dEUS , veuillez recevoir, cher Monsieur, ces quelques lignes - en vous gardant bien de les sniffer.

 

Felix Leiter, blogueur

 

 

Pièce jointe : deux extraits musicaux

 

Un peu de noirceur avec "Quatre mains"

 

Un peu de lumière, un beau clip onirique qui s'ouvre sur un livre béant avec "The soft fall" (tiens, encore une rechute ?)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Felix Leiter - dans musique et littérature
commenter cet article

commentaires

Un Livre Et Sa Musique

  • : B.O.L.
  • B.O.L.
  • : Trouver le disque idéal pour accompagner une lecture, choisir la musique qui nous rappellera toujours un livre, c'est tout l'enjeu - non, tout le jeu ! - de ce blog...
  • Contact

Playlist

Rechercher

Texte Libre

html

Autres liens

Un bon lien + professionnel, sur la recherche d'emploi. Par les temps qui courent... :

http://jooble-fr.com/

 

Visuels du blog :

Headphones de Brüno

Remington de Loustal