Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 19:08

le mec de la tombebang bang

 

Note de concordance : 7,5/10

 

Le livre

 

Elle : "Le ton emprunté par Katarina Mazetti est léger, les mots ont des ailes. Ils posent pourtant une question bien sérieuse, ils osent aborder un sujet tabou dans la grande demeure de l'Amour : un gouffre social entre deux personnes qui s'aiment est à priori fatal si l'on veut bien une seconde être réaliste, et chasser de notre coeur les petits oiseaux d'Hollywood qui ont tendance à faire leur nid dans nos membranes les + sensibles. Les histoires d'amour finissent pâles, en général.

Mazetti nous attire avec de gros sucres d'orges et nous tape avec. Son écriture imagée, ses comparaisons irrésistibles vont finalement servir la neurasthénie morne d'un amour mort-né."

 

Lui : "Elle démarre bien cette histoire de deux suédois qui, à force de se croiser au cimetière pour déplorer leur solitude sans vraiment pleurer leurs morts, vont tomber amoureux. Plutôt "mordant", comme on lit sur la moitié des étiquettes coups de coeurs de tous les libraires du monde.

Et cet affrontement de points de vue - un chapitre par narrateur, égalité du temps de parole, une parité assez primaire - rythme le livre, et devient une vraie usine à ressorts comiques. Mais l'usine se met un peu en grève, la gravité rattrape l'histoire, et l'incompatibilité entre Désirée, bibliothécaire citadine certifiée, et cet agriculteur qui croule sous les tâches sera le sujet envahissant du livre. Elle aime sortir, il doit s'occuper des vaches. Elle est à fleur de peau, il est à fleur de pis. L'amour est dans l'après ?

Un peu terne finalement ce constat d'amour impossible. La lecture prend un peu le goût des boulettes fadasses de Benny."

 

 

Le disque

 

Elle : "La plus belle empreinte de "Bang Bang" c'est sa voix. Filet fragile qui pourrait s'interrompre à la moindre secousse. Les dernières gouttes de la dernière cascade. Du précieux, et rien de ridicule. L'italo-anglaise suit le même ruisseau qu' Emiliana Torrini, sans titiller l'électronique. On a affaire à la version strip-tease. Sara Schiralli est nue. Ses chansons habillées d'un rien ; un bijou, un parfum. Un rien suffit. C'est du + bel effet. Même les notes deviennent abstraites, malgré les mélodies méticuleuses. Un disque ou un nuage, on ne sait pas.

La chanson-titre n'est que charme et désolation, rien d'autre que cet étrange duo, comme une rose sur un chant de bataille fumant. Un peu comme le couple raconté en deux bangs par Mazetti, improbable/inséparable. "

 

sara schiralli polaroid 

 

Lui : "Le grand point fort de ce disque, c'est que Sara Schiralli est très jolie. D'accord, sa voix aussi, même si la déplacer systématiquement sur le fil, c'est rasoir sur le long... L'album dure d'ailleurs un tout petit peu trop. Mais les coups de génie sont nombreux, c'est vrai. Les arrangements épurés, passés au tamis cent fois pour ne garder que l'or, font de "Roll the dice" ou le Harry Nilssonien "Incomplete" des moments de grâce qui posent leurs valises dans vos oreilles. Un peu comme l'héroïne qui s'installe chez " Le mec de la tombe d'à coté" : ça vient comme ça, on ne peut pas refuser."

 

 

La Bande Originale du Livre

 

Lui : "Les arrangements enfantins de "Bang Bang", ses petits violons qui descendent l'arc-en-ciel, son train-train dele mec de la tombe film sifflets, son incursion reggae mal aguerrie, donnent une dimension naïve à l'album. Un disque sans prétention que d'offrir les plaisirs façon Amélie Poulain. Une naïveté qui chevauche bien la construction "amicalement vôtre" du roman, ses altercations de perceptions femme/homme parfois un peu faciles.

J'aime la façon dont se livre se déculotte, mais le charme se rompt trop vite pour que je lise sa suite. Voir son adaptation filmique avec l'acteur de "Millenium" éventuellement (serait-ce leur seul acteur, en Suède ?) :

http://www.youtube.com/watch?v=03esIDHySms , mais la pièce de théâtre non merci.

Quant à la belle anglaise, curieux de découvrir comment elle défendra ce petit univers joueur sur scène en 2012."

 

Elle : "Si le disque incarne une bonne B.O.L. au roman, c'est parce qu'ils puisent tous deux leur profondeur dans le concept d'intimité. Au coeur du couple, jusque dans les tréfonds. L'auteure nous met le nez dans les pensées les + secrètes (être agacée par un mort), les sujets intimes (les menstruations, les irritations post-coïtales, le "frétillement des ovaires"), un certain réalisme (l'appréciation des corps imparfaits), le pourrissement de la passion.

Les chansons frileuses de Sara Schiralli, dépouillées, sont chantées au réveil, dans ses draps pleins de rêves. Tout ce petit monde funambule sur une corde sensible.

J'aime la façon culottée de la chanteuse de se mettre à nu ; espérons que le second album sera toujours sur les arêtes de la fragilité.

En outre il y a une suite au roman, "Le caveau de famille"... Avec ce couple mal assorti, là où il y a de la tombe, il y a de l'espoir ! "

 

 

 

Bang Bang :

http://www.youtube.com/watch?v=J8LfQtHm1XA

 

Roll the dice en prise live :

http://www.youtube.com/watch?v=TqSjB0XwBQo&feature=BFa&list=AVAYMcY2vx8GT9R6lD_vXPPU_-_YpCVx8E&lf=list_related

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Felix Leiter - dans musique et littérature
commenter cet article

commentaires

Un Livre Et Sa Musique

  • : B.O.L.
  • B.O.L.
  • : Trouver le disque idéal pour accompagner une lecture, choisir la musique qui nous rappellera toujours un livre, c'est tout l'enjeu - non, tout le jeu ! - de ce blog...
  • Contact

Playlist

Rechercher

Texte Libre

html

Autres liens

Un bon lien + professionnel, sur la recherche d'emploi. Par les temps qui courent... :

http://jooble-fr.com/

 

Visuels du blog :

Headphones de Brüno

Remington de Loustal