Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 19:42

Varg VeumDybdahl

 

Note de concordance : 7/10 

 

Avec cette poignée de main entre deux artistes scandinaves, c'est une omelette norvégienne que je vous propose. Mais flambé, le dessert ! Flambé à l'Aquavit ! Brûlante, la rasade ! 

On ne va donc pas se laisser faire par le froid nordique et s'introduire dans les ambiances cocooning distillées par nos deux norvégiens : le petit bureau du détective privé... l'indice solaire élevé des chansons de Dybdahl... 

 

Le chanteur velu du Nord glisse sa voix charmeuse sur une folk qui laisse cette impression troublante d'être dépouillée, presque inaboutie, et à la fois d'une richesse foisonnante. Aurore musicale, incandescences boréales, les aplats de couleurs de ses arrangements habillent un ciel froid. On en a soupé des albums guitare/voix, et combien passent la rampe de la lassitude ? Une poignée. D'où le choix de Thomas Dybdahl d'accrocher des guirlandes dans sa production ; pas de vulgaires froufrous de Noël mais des lucioles de-ci de-là, irruption de cuivres étouffés, balais fantômes sur une batterie jazz, ballet de clochettes subreptices, palette succincte de cordes.

De petites touches en petites couches, il donne un relief brillant à sa chorale solitaire.

 

S'il est un personnage tout aussi solitaire, c'est bien le Privé.

Varg Veum (dont le nom signifierait "loup" en norvégien) ne déroge pudiquement pas à la règle, avec comme principale compagnie ses factures. Suivre ses longues filatures en voiture, qui l'ennuient mortellement, me renvoie immanquablement à James Stewart dans "Vertigo" conduisant derrière la mystérieuse Grace Kelly au coeur de San Francisco. Un parcours fascinant entre errance et attirance. Veum erre beaucoup en général, ici dans sa première aventure "Le loup dans la bergerie", dans les huit suivantes également. C'est une de ses caractéristiques : un peu paumé, un peu seul avec son autodérision, révolté par les macs à dames, clodo dans l'âme, une écoute dégoûtée accordée aux drogués. Haï par les flics, mais en marge des marginaux. Seul. Et donc observateur. Ses enquêtes avancent au rythme du temps et de ses pensées. Les paysages sonores que révèle la guitare évasive de Dybdahl se plient à ce tempo.  Même climat...

 

L'autre particularité du détective de Bergen est cette dignité qui l'enjoint à refuser les affaires d'adultères. Fauché mais classe ! Ici il refuse donc un deal juteux avec un avocat qui lui demande d'épier sa femme. Un peu + tard, un client différent l'engage pour retrouver sa soeur : précisément cette même femme. L'embrouille peut commencer, les tours de passe-passe, les faux-semblants et les cadavres dans les bras ne manqueront pas dans ce polar aux allures de classique, puzzle littéraire.

 

Cette idée de puzzle est peut-être ce qui fait le mieux le lien avec "Science". La configuration des morceaux, avec ses petites surprises dans la production qui bousculent les arpèges de guitare sèche, finit par créer une attente (un suspense ?). Dybdahl déséquilibre ses chansons, en prend une pièce pour la cacher, en rajoute d'autres nouvellement ciselées et les mélange. Cette douce déstructuration déstabilise toutefois moins qu'elle n'entraîne, qu'elle n'obsède, car elle est en constante réinvention.

Une musique enquête, un privé en quête...

 

"Science" inspire de toute manière l'idée de secret lorsque le chanteur susurre, lorsque les mots jouent à cache-cache comme le soleil dans les arbres.

Pourtant Gunnar Staalesen - que j'aurais vraiment l'impression d'insulter si je devais l'interpeller - n'aurait pas choisi ce disque comme B.O.L. L'auteur a eu l'idée saugrenue de joindre un CD à la dernière aventure de Varg Veum (mélanger musique et lecture ? Franchement je suis sceptique...). Et selon lui, ce sont des standards de jazz  - ceux que mâche Marlowe, Spade it again, Sam ! - qui courent dans la tête de son héros.

Hé Gunnar ! T'as déjà écouté ton compatriote Thomas Dybdahl ?

Alors clique ici :

http://www.youtube.com/watch?v=a37QjHH-XVM

 

 

Orgueilleux petit ajout à cet article : l'adaptation filmique de Varg Veum s'accompagne d'un générique de fin composé par The National Bank... le groupe de Thomas Dybdahl ! En voici même le clip :

 

http://www.youtube.com/watch?v=FWqrILeHWqw

Partager cet article

Repost 0
Published by Felix Leiter - dans musique et polar
commenter cet article

commentaires

Un Livre Et Sa Musique

  • : B.O.L.
  • B.O.L.
  • : Trouver le disque idéal pour accompagner une lecture, choisir la musique qui nous rappellera toujours un livre, c'est tout l'enjeu - non, tout le jeu ! - de ce blog...
  • Contact

Playlist

Rechercher

Texte Libre

html

Autres liens

Un bon lien + professionnel, sur la recherche d'emploi. Par les temps qui courent... :

http://jooble-fr.com/

 

Visuels du blog :

Headphones de Brüno

Remington de Loustal