Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 07:24

cover-ayamayra andrade navega

 

Note de concordance : 8/10

 

 

Les tensions actuelles en Côte d'Ivoire me peinent sincèrement, et me poussent à vous parler dès aujourd'hui de cette chouette copine : Aya.

Comme toujours dans les médias européens, on sert l'Afrique sur nos tables à manger opulentes, exclusivement sous le prisme éprouvant de la famine et de la guerre. Culpabilise petit blanc ! Et estime-toi heureux d'avoir un toit, un boulot à 130%  et de quoi acheter des pâtes arôme micro-ondes. Manges-y ton bon Zapetti (la liaison ne marche pas pour votre jeu de mot les mecs, votre marque ne donnera jamais envie !). Et télécharge une applicacon. Et assure-toi chez MMA, zéro tracas... Mais ta gueuuule !

 

L'Afrique c'est autre chose que ce grand épouvantail du 20h00. "Aya de Yopougon", c'est le visage insouciant de la Côte d'Ivoire, le quotidien d'une petite ville des années 70 et de ses habitants. Les premiers émois amoureux, les séductions maladroites, les petits mensonges, l'extra-polygamie et ses conséquences, les grandes joies Vs. les petites tracasseries, etc.

Guère de guérilla, carence de famine. En six tomes, Marguerite Abouet nous raconte à travers la jolie Aya sa propre jeunesse plutôt heureuse, avec des dialogues imagés qui feraient passer les couleurs clinquantes de son compagnon dessinateur pour fades ! Pas des mots pour palabrer gros français compliqué, des mots qui décalent, dêh ! (NdT : pas un langage soutenu pour se prendre la tête, des mots qui dansent, voyons !)

 

Les textes et les couleurs font la fête. Autant le faire en musique ! Le Cap Vert est un archipel ouest africain, ancienne colonie du Portugal. Sa richesse, c'est ses musiques. Un coffre à trésors de rythmes, les percussions abondent, les mélodies débordent, les chansons poussent sur les arbres. Et cet Eden, personne ne le chante mieux que Mayra Andrade (même pas la Comtesse aux pieds nus). Ambassadrice des traditions musicales de son pays de coeur, elle conte la vie de Cabo Verde avec une poésie lumineuse. "Navega", son premier album, est une barque à la charpente acoustique. Elle glisse sur les flows d'une voix vaguement voilée, délicieuse fêlure. D'îles en îles, Mayra prend dans ses filets toutes les influences et les redonne gorgées de soleil. Harmonies chaloupées aux reflets brésiliens, au loin... Mêmes ses nuits scintillent, sur les vagues de la morna...

Afrique tranquille. Afrique insouciante.

 

Qu'il est agréable de filer de cases en cases, de carmins en ocres, enrobé des motifs de "Navega" cousus de bossa, afro et jazz. Les mots, pleins, savoureux, s'embrassent. Les amis d'Aya également, et + car affinités ! Aya, c'est la sagesse incarnée, et tout le monde sollicite ses conseils. On se demande toujours si ses frêles épaules et son long cou supporteront les embrouilles journalières des gens de Yopougon, de ses amies irréfléchies. Les histoires simples, les chassés-croisés-cadencés, sont tressés par des dessins aux traits fins, naïfs, légers, effleurant la caricature pour souligner l'humour des dialogues. Fréquemment, une pleine page ponctue le récit et déverse ses couleurs. Coup de soleil sur la palette.

 

aya pleine page

 

Ces dessins sont si chantants, si remplis de musique qu'on ne sait plus qui fait la Bande Originale pour l'autre. Aya et Mayra, deux cousines, deux correspondantes qui s'écrivent leur vie, leurs malheurs et leurs rencontres. L'une touche par son charisme digne et son entourage saugrenu (qui pense beaucoup à faire ploco-placa - NdT : oh arrêtez, vous avez très bien compris !), l'autre charme avec ses mélodies galbées (franchement, qui résisterait à l'intro espiègle de "Dimokransa" ? A la nostalgie réfrénée du refrain de "Dispidida" ?). Elles jouent en choeur un batuque éclatant.

Tout n'est pas rose en Afrique ; mon dieu non ! Mais il faut dire merci à ces femmes qui nous débarrassent des idées reçues resucées par nos spécialistes des lieux communs. Qui nous donnent autre chose à voir, nous ouvrent d'autres fenêtres.

 

Bye-bye clichés

 

En souhaitant que les paroles engagées de Mayra Andrade porteront bonheur aux ivoiriens :

http://www.youtube.com/watch?v=wayZq_lQMFY

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Felix Leiter - dans musique et BD
commenter cet article

commentaires

Nico 18/01/2013 21:40

Une très bonne saga, pleine d'entrain, de légèreté et de dynamisme. Les personnages y sont attachants, et l'ensemble de très bonne qualité. Dommage tout de même qu'on ait aucun détail certains
importants comme la faim ou la politique. C'est sans doute pour s'éloigner des clichés, mais de là à passer cela sous silence c'est un peu dommage. Mais mon impression reste très positive dans sa
globalité. Une saga à lire et relire!

Felix Leiter 21/01/2013 08:26



Oui, je suis bien d'accord sur tout cela, le point de vue des auteurs est très positif et gomme certaines réalités de la Côte d'Ivoire. Le regard insouciant de la jeunesse sans doute... En tout
cas "Aya de Yopougon" fait du bien ! :-)



den hall 20/12/2010 15:49


Je découvre votre blog, qui semble plus qu'intéressant et je viens de découvrir aussi la voix de Mayra,et le rythme.
Je ne manquerai pas de venir lire et écouter


Un Livre Et Sa Musique

  • : B.O.L.
  • B.O.L.
  • : Trouver le disque idéal pour accompagner une lecture, choisir la musique qui nous rappellera toujours un livre, c'est tout l'enjeu - non, tout le jeu ! - de ce blog...
  • Contact

Playlist

Rechercher

Texte Libre

html

Autres liens

Un bon lien + professionnel, sur la recherche d'emploi. Par les temps qui courent... :

http://jooble-fr.com/

 

Visuels du blog :

Headphones de Brüno

Remington de Loustal