Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 19:39

yoko amours en margejay-jay johanson

 

Note de concordance : 9,5/10

 

Chuuuuut...

Pas de bruit...

Dans un murmure, s'adresser à la narratrice. Ses oreilles souffrent et sifflent, aboient, aberrantes. Jay-Jay Johanson, tel un amant nocturne, l'a compris et susurre. Epure.

 

Yoko Ogawa me porte chance. Toujours un peu de grâce et de magie avec la japonaise. J'ai pris "Amours en marge" au hasard, au Salon du Livre de Genève, entouré de trois filles bien trop charmantes pour me concentrer sur un choix fondé. Puis je l'ai lu sous les nappes denses du cocon "Spellbound", qui s'ouvrait en même temps.

Je ne crois pas avoir connu meilleure concordance de B.O.L.

 

Couches de neige, couches de souvenirs, mémoire embaumée, musée enseveli de blanc... Et les silences, les non-dits, la pureté... Tous les thèmes de Yoko Ogawa se glissent dans les bras tendres du crooner suédois. La mélancolie ouatée de Johanson câline les alcôves émotionnelles d'une jeune femme, son parcours intime. Ses paroles laissent les mêmes traces de pas blanches que l'écrivaine...

 

L'anonyme héroïne abandonnée par son mari (les trompettes héritières de Miles Davis dans "An eternity" résumeraient cette partie de l'histoire...) suit une thérapie pour soigner son audition. Elle va dès lors tomber sous le charme de Y, un sténographe. Ou plutôt de ses mains qui glissent sur le papier délicat. Une relation en marge voit le jour, où la parole et l'écriture s'emmaillent aussi profondément que les sentiments.

Rapports oniriques enveloppés des morceaux de "Spellbound", que le Docteur Johanson a voulu presque acoustiques. Délestés de beats trip-hop ou de batifolages électroniques, la voix et les mots (l'intro "Driftwood"), les notes et les tessitures (les violons de "Blind", le tissu organique de la reprise "Suicide is painless"), ont tous leur importance. Comme chaque millimètre d'encre compte pour représenter une lettre, tout ce que livre l'artiste est essentiel.

 

Enfouis sous une couette de neige, la beauté nue et la poésie de l'invisible convolent.

 

Je ne veux pas en dire trop sur ces noces de flocons... ne pas fatiguer les oreilles, ni les yeux. On n'analyse pas l'état de grâce, on le vole.

 

Jay-Jay nature, seul :

http://www.youtube.com/watch?v=ALlL5S09jQg

 

Sans doute la chanson la moins représentative, mais un si beau clip :

http://www.youtube.com/watch?v=8TZRY7qU9k0

 

Des voiles de beautés :

http://www.youtube.com/watch?v=3HeIANJnCCI

Partager cet article

Repost 0
Published by Felix Leiter - dans musique et littérature
commenter cet article

commentaires

Un Livre Et Sa Musique

  • : B.O.L.
  • B.O.L.
  • : Trouver le disque idéal pour accompagner une lecture, choisir la musique qui nous rappellera toujours un livre, c'est tout l'enjeu - non, tout le jeu ! - de ce blog...
  • Contact

Playlist

Rechercher

Texte Libre

html

Autres liens

Un bon lien + professionnel, sur la recherche d'emploi. Par les temps qui courent... :

http://jooble-fr.com/

 

Visuels du blog :

Headphones de Brüno

Remington de Loustal