Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 11:39
"Les apparences" de Gillian Flynn / PJ Harvey "To bring you my love"

Note de concordance : 8,5/10

 

Afin de dégoter la Bande Originale de Livre la mieux adaptée aux "Apparences", j'ai fonctionné par mots-clefs sur sa quatrième de couverture, picorant quelques bouts de phrases qui me donneraient les teintes de ce polar sans trop découvrir l'intrigue. Symphonie paranoïaque - couple victime de la crise financière - la femme disparait - secrets - les eaux sombres du Missouri... Après de longues déambulations dans ma discothèque et de fructueuses réflexions, j'en suis arrivé à un disque que bizarrement je connaissais encore très mal, moite, complexe, rude et féminin. Celui qu'il fallait : l'un des chefs d'oeuvre de PJ Harvey, "To bring you my love".

 

Après deux premiers albums secs comme des coups de triques, PJ troque un son décharné contre une production moins furieuse et + épaisse. Si le squelette de riffs de guitares sales est toujours apparent et l'os marqué par le blues, la chair et le sang s'accrochent à ces morceaux gothiques qui se chargent de cordes ou d'orgues fiévreux. Polly Jean trempe ses accords dans le cambouis. Cela n'empêchera jamais ses chansons de viser des lumières, certes tourmentées, mais célestes.

 

La Femme, sous toutes ses formes, vierge ou putain, frondeuse ou blessée, habite ce disque jusque dans ces moindres recoins. Un hymne plausible à celle qui a disparu dans le roman de Gillian Flynn, Amy Dunne. Grande absente qui hante l'histoire d'autant qu'en parallèle au point de vue de son mari qui a retrouvé leur maison vide et pleine de sang, on suit le journal intime d'Amy. Ce récit fantôme suit le fil de la rencontre entre Nick et elle jusqu'aux tensions dues aux problèmes financiers qui plombent ce couple en apparence idéal. Jusqu'aux doutes, au quotidien terne teinté d'un sud glauque.

 

Les deux textes, la vie du mari complexe et son enquête un peu louche, face aux interrogations de l'attendrissante Amy, avancent en natation désynchronisée au point d'extraire de + en + de troubles du terrain sombre de ce duo.

 

"Les apparences" de Gillian Flynn / PJ Harvey "To bring you my love"

Gillian Flynn, dont c'est le troisième roman, aime jouer avec les structures : elle casse son jouet à mi-chemin, apportant une nouvelle voix au roman pour mieux renverser le récit - et au passage le lecteur, victime principale de ce roman qui exploite toutes les nuances de noir du suspense.

Autre exercice passé haut-la-main, celui des styles différents d'un point de vue à l'autre, retranscrivant la fraîcheur d'Amy qui se fane peu à peu, et la chasse au trésor posthume du journaliste stoïque qui suit les indices que sa femme lui laisse à chaque anniversaire de mariage. Sauf qu'au cinquième... cherchez la femme...

"Les apparences" de Gillian Flynn / PJ Harvey "To bring you my love"

Quand l'inquiétante guitare de la chanson-titre "To bring you my love" rampe entre les lignes de Gillian Flynn, le livre devient encore + nocturne, encore + vibrant. "Down by the water" jet chaud à la sensualité vaudou, vous pousse à l'abandon. La moiteur du disque s'insinue jusque dans l'intrigue vénéneuse du roman et en coagule le mystère. Que PJ susurre ou crie, l'homogénéité poisseuse de l'album est assurée, comme s'il baignait dans du liquide amniotique.

 

On découvre cet album complexe couche après couche, il se révèle différemment selon les flux que l'oreille emprunte, aussi déstabilisant que les jeux de pistes d'Amy. Aussi cohérent aussi. Et une fois conscient de tous les courants qui traversent cet album mythique, le bain a la dimension d'une révélation sacrée. Son écoute devient une expérience bouleversante, entre la conviction de savoir ce que c'est d'être une femme (presque mieux que Sardou en 1981) et qui est Dieu. Sans doute la même réponse, à vrai dire. 

"To bring you my love" est une longue prière charriée par un fleuve noir dont on ne sait si elle échouera dans la boue ou aux cieux. 

 

 

 

L'excellent David Fincher a craqué sur "Gone Girl" (le titre original pour "Les apparences") et s'est courageusement attaqué à l'adaptation cinématographique de ce puzzle romanesque qui sortira en octobre 2014. De quoi se réjouir, même si comme je le déplore toujours, les grands réalisateurs me lisent (si si, ça c'est certain !) sans forcément suivre mes conseils musicaux. Sans doute pour des problèmes de droits... C'que c'est agaçant parfois !

 

"Les apparences" de Gillian Flynn / PJ Harvey "To bring you my love"
"Les apparences" de Gillian Flynn / PJ Harvey "To bring you my love"

Pourtant Ben Affleck se débattant dans les marasmes médiatico-judiciaires sur le blues décharné de PJ Harvey, ça collerait si bien ; d’une colle bien gluante... Tant pis, vivez plutôt l'expérience musico-littéraire, je vous assure que ça a de la gueule.

Partager cet article

Repost 0
Published by Felix Leiter - dans musique et polar
commenter cet article

commentaires

Un Livre Et Sa Musique

  • : B.O.L.
  • B.O.L.
  • : Trouver le disque idéal pour accompagner une lecture, choisir la musique qui nous rappellera toujours un livre, c'est tout l'enjeu - non, tout le jeu ! - de ce blog...
  • Contact

Playlist

Rechercher

Texte Libre

html

Autres liens

Un bon lien + professionnel, sur la recherche d'emploi. Par les temps qui courent... :

http://jooble-fr.com/

 

Visuels du blog :

Headphones de Brüno

Remington de Loustal